Un jour, Alice voit passer un lapin avec une montre. Elle se lance à sa poursuite en compagnie du public. Chute interminable, potion pour rapetisser et gâteau pour grandir, mare de larmes, thé chez les fous, partie de croquet, tartes volées et procès…

UNIVERS

En 1865, quand Lewis Carroll publie les Aventures d’Alice au Pays des Merveilles, l’Angleterre subit la  la mutation de l’industrialisation. Les transformations du corps d’Alice sont un miroir de cette période. Son corps et son cœur se transforment, comme si une machine à vapeur insensée s’en était emparé. L’univers visuel steampunk et la musique électroswing, témoignent de ce bouleversement. Divers effets pyrotechniques donnent du relief à cet univers onirique.

ENJEUX

Notre pari est de présenter ce spectacle dans l’espace public, pour redonner au corps sa liberté de mouvement : le lapin blanc court à loisir au milieu de la foule, la chute d’Alice prend l’allure d’un numéro acrobatique… L’environnement urbain et paysager sert de décor aux personnages : les portes sont celles des maisons et boutiques, un square devient terrain de croquet…
Un jeu interactif avec le public permet d’aborder chaque séquence : spectateurs noyés sous une pluie de larmes, conviés au thé chez les fous ou entraînés dans une course sans queue ni tête…


Fiche technique